Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lagrenouilleverte.com

la sorcellerie

 

 

Sorcier et sorcellerie dérivent du mot sortmaléfice lancé par un « jeteur de sorts », sortiarus en latin

La sorcellerie désigne tout ce qui est considéré comme surnaturel sans appartenir à la religion officielle

Le terme sorcellerie est communément appliqué aux pratiques visant à influencer les énergies d'une personne, d'un lieu, d'un objetetc.

Le Sorcier prétend obtenir  ce qu'il désire par l'action conjuguée de sa pensée, de sa volonté et d'un rituel basé sur des correspondances symboliques 

Par la foi et la prière,le prêtre demande à Dieu l'accomplissement des désirs de ses fidèles.

L'homme de science étudie et recherche patiemment, grâce aux méthodes objectives, des correspondances réelles qui se révèlent efficaces.

 Il peut être "spécialiste" d'un domaine, telle:

  • la communication avec les esprits, généralement de défunts =on parle alors plus volontiers de mage ou de voyant,
  • l'animation d'êtres morts =nécromancien.

Du point de vue anthropologique, le mot sorcier peut recouvrir différentes fonctions comme chaman ou homme-médecine

 

 

 le concept de "praticien de la magie" influençant le corps ou l'esprit d'autrui contre son gré était présent au sein de nombreuses cultures avant même l'introduction du monothéisme.

En effet, de vieilles traditions de "magie blanche" ou religieuses avaient déjà pour but d'identifier ou de contrer ces praticiens.

Beaucoup d'exemples de ce type peuvent être trouvés dans les textes anciens provenant d'Égypte et de Babylone.

Dans les cultures où l'on croit que le sorcier a le pouvoir d'influencer le corps ou l'esprit d'autrui, il apparaît une cause crédible de maladie (chez l'homme ou l'animal), de malchance, de mort soudaine, d'impuissance ou maux divers dont l'origine paraît inexplicable.

Une magie folklorique bénigne et socialement plus acceptable peut alors être utilisée pour remédier au sortilège, ou identifier le sorcier à l'origine du mal afin de s'en défendre ou d'en défaire l'enchantement.

Plusieurs pratiques magiques sont assimilées à la sorcellerie, de telle sorte que les personnes qui les utilisent ont été considérées comme des sorciers par les occidentaux, indépendamment de la culture dans laquelle ces pratiques sont en usage.

Une des pratiques les plus connues consiste à fabriquer une poupée en argile, en cire ou en chiffons à l'effigie de personnes réelles et les actions qui sont effectuées sur ces poupées sont censées être transférées aux sujets qu'elles représentent ('poupée vaudou' dans le vocabulaire courant, dénommée dagyde en occultisme).

La nécromancie, consistant à demander à l'âme d'un mort de révéler l'avenir, est également considérée comme une pratique typique de la sorcellerie. 

Les croyances traditionnelles et populaires attribuent aux sorciers divers types de pouvoirs  :

  • voler dans les airs,
  • tourmenter l'esprit de leurs victimes.
  • Les lutins, peuvent leur servir d'auxiliaires.

 

 la magie est une technique par laquelle sont manipulées certaines lois naturelles délaissées ou inaccessibles aux savants modernes mais faisant l'objet d'anciennes sciences traditionnelles maintenant oubliées


La sorcellerie agit sur des influences du même ordre que la magie

Il s’agit, pour le sorcier, d’exploiter des courants ou des entités psychiques et de les faire agir sur l'élément corporel.

Les moyens de cette action sont la suggestion, le sort, l'envoûtement, la possession. L'outil principal du sorcier, c'est la parole, le verbe

La sorcellerie c'est la guerre des mots contre la réalité des faits, le conflit entre le verbe et les idées, l'affrontement entre la crédulité et l'intelligence, la lutte éternellement indécise entre le savoir et la connaissance.

La magie est une quête spirituelle, une initiation aux grands mystères de la création, une recherche de l'explication du monde. Elle étudie les forces inconnues, cosmiques, surnaturelles. La magie est pratiquée par des hommes savants qui prétendent disposer de certains pouvoirs. La magie n'implique rien de diabolique, bien au contraire, elle serait d'essence divine.

La sorcellerie de manière plus claire est l’ensemble des procédés, des pratiques et pensées transmises de générations en générations dans une famille pour agir sur les hommes et les évènements qui se succèdent dans leur vie.

 les techniques de magie et de sorcellerie nécessitent une transmission directe de maître à élève sous peine de rester théoriques et incapables de fournir les effets recherchés. Si cette transmission est respectée, les effets désirés peuvent être obtenus par le sorcier

Précisons enfin qu'un magicien n'est ni un mage ni un sorcier, c'est un illusionniste, un prestidigitateur, un artiste qui épate, éblouit par des trucs, des "tours de magie" , et que le terme de "magiste" beaucoup utilisé aujourd'hui, définit le praticien moderne de la magie cérémonielle ou opératoire qui prétend, selon le cas faire appel à des entités soit divines, soit diaboliques ou à l'esprit des défunts.

Tous les magiciens reconnaissent qu’ils tiennent leurs pouvoirs des entités gouvernant les énergies occultes qu’ils utilisent dans leurs actions magiques. Le magicien tente d’influencer le cours des événements dans notre monde en agissant sur le plan astral. Il va donc invoquer des entités astrales pour obtenir leur collaboration dans l’utilisation de cette énergie particulière à des fins pratiques.

Mais l’action du sorcier peut s’exercer sur des domaines bien plus vastes que ceux de son intérêt personnel, aussi bien pour faire le bien (un bien matériel) que le mal. 

 

C'est en Thessalie, aussi loin que les documents permettent de remonter, que doit être placé le berceau de la sorcellerie, telle qu'on la connaît dans le monde occidental.

De Thessalie, la sorcellerie se propagea dans la Grèce proprement dite, où elle prit le nom de goétie et recula les limites de cet art infernal, dans lequel les poisons jouèrent le principal rôle.

Rome connut à son tour les philtres, les envoûtements et les évocations de la sorcellerie, où ses pratiques ténébreuses et criminelles furent couvertes dans les laboratoires secrets sous la dénomination de mathématiques, tandis que les réunions nocturnes de ses adeptes avaient lieu dans les cavernes du mont Esquilin.

Dès les premiers temps de la propagation du christianisme, la sorcellerie se spécialisa dans la démonialité. Satan ou Belzébuthfut l'objet d'un nouveau culte mystérieux, et la sorcellerie inaugura le pacte avec le Diable.

C'est alors que furent instituées les réunions nocturnes du sabbat, présidées par Satan sous la forme d'un bouc monstrueux, lors desquelles avaient lieu toutes les profanations, toutes les orgies et les pratiques criminelles qui se perpétuèrent jusqu'au Moyen âge.

 

Seules les pierres se souviennent encore de ce que la Lune nous a dit jadis, de ce que les arbres nous ont appris, de la voix de l'herbe et du parfum des fleurs !

On ne s'autoproclame pas sorcière confirmée, mais on le devient progressivement par un long cheminement d'études, de travaux pratiques, et de sagesse

s'autoproclamer sorcière, sans posséder la connaissance et la sagesse qui en découle, ne sera que s'accorder un titre qu'on ne mérite pas. Donc sans aucune valeur et complètement folklorique.

Imaginez l'absurdité de la situation si des médecins en faisaient de même et s'autoproclameraient "Docteur en Médecine". Ceci après n'avoir lu que quelques livres sur cette science. Leur accorderiez-vous votre confiance ? Je vous laisse méditer là dessus...

Ne devient pas sorcière qui veut.

Il ne suffit pas de ressentir l'appel et de lire ensuite quelques bons livres sur la magie.

Il s'agit avant tout d'une véritable démarche de vie spirituelle qui, au fil du temps, vous guidera : à la connaissance de soi, à vaincre son Ego, à découvrir le petit jardin secret de la nature, à comprendre la notion du féminin et du masculin sacré, à s'initier aux arts secrets et magiques de la nature, ... Et il faut suivre des étapes importantes.

Au début de son initiation, l'apprentie sorcière devra se livrer à une préparation méthodique, pour ensuite entamer un parcours initiatique aux arts de la magie, de la sorcellerie, ainsi qu'au développement des 7 dons.

Ceci dans le but d'acquérir les connaissances et l'énergie nécessaire pour la réussite de toute opération magique.

Pour cette première phase de préparation, la sorcière va donc se purifier de manière régulière, par des bains magiques d'encens et d'eau, manger une nourriture saine et équilibrée, développer la sagesse en soi, développer ses 7 dons et consacrer beaucoup de temps dans l'étude de son art.

Elle devra également travailler au développement de ses 7 dons. Ceci par l'étude du magnétisme, par le développement de ses chakras et de la Kundalini, en travaillant sur ses énergies par la méditation en pleine nature ou devant un autel dressé à cet effet, ...

Pour terminer, la sorcière en initiation devra être très impliquée et motivée. Avoir l'esprit très ouvert, développer sa sagesse et lire de manière continue des bons livres sur la magie. Apprivoiser la pratique de son art, se faire guider pour son initiation par la Déesse, et également, si elle le désire, avec l'aide d'un Mentor.

Il faut savoir que dans l'univers des sorcières il y a souvent beaucoup d'appelées, mais malheureusement que très peu d'élues !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article